Prenons un moment pour imaginer et de ressentir ensemble une nouvelle réalité. On le sait désormais scientifiquement, celle-ci n’est finalement que le fruit de nos croyances et de nos projections. Si je change de perspective et de point de vue, je vis le monde différemment.

Cette nouvelle réalité que je vous propose d’imaginer respecte nos cycles, nos intuitions, nos émotions, nos besoins fondamentaux. Elle est celle d’un monde empreint de la magie que je nomme celle de la sorcière. Pour créer ce monde, les deux hémisphères de notre cerveau ont retrouvé leur harmonisation parfaite, et chaque personne évolue en alignement avec son être profond. Nous sommes à présent face à un monde d’hommes et de femmes sorcières, équilibrés entre leurs polarités : engagé.e.s dans le monde extérieur et actif.ve.s d’une part, méditatif.ve.s et à l’écoute de leur réalité intérieure de l’autre.

Vous est-il possible d’imaginer une telle réalité ? Difficile. D’autant qu’à l’heure actuelle, le monde semble en grand écart, entre l’urgentisme et le catastrophisme largement plébiscités par les médias, et les impulsions sincères et généreuses qui surgissent de ci de là par-delà les frontières.

Et pourtant, mon disque dur est pour l’instant fait ainsi : profondément humaniste et convaincue que tout ce qui se vit, peut, quelque part, même dans l’adversité la plus injuste, inimaginable et cruelle, trouver un jour, plus tard certainement, une lumière et un sens profond. La dévastation du monde des dinosaures et de leur réalité fut sans doute l’un des plus grands traumatismes de la mémoire universelle… Et c’est elle aussi qui nous a donné naissance et tout ce qui s’en suit. Aujourd’hui, à la différence des dinosaures, nous avons ingénieusement créé, en Ulysse contemporains, une télépathie mondiale avec l’invention d’internet puis des réseaux sociaux. Pour en prendre le meilleur, il est clair que ce système de télépathie instantanée nous offre des opportunités extraordinaires de passer des mots d’amour et de foi par-delà les océans et d’être continuellement ré-enchanté.e.s. Ré-enchantés afin de nous transformer en nous libérant de vieilles croyances pour vivre chaque jour une nouvelle réalité.

Et si le monde devenait notre grande histoire d’amour ?

Chaque livre et explorateur.rice de l’amour nous le dit : pour donner naissance à une vraie histoire d’amour, il faut savoir s’ouvrir pleinement, sans garde-fou et sans armes. Prendre le risque de se montrer dans sa nudité d’âme et de coeur, même dans nos aspects les moins glorieux, même dans les espaces où nous avons peur, où nous avons honte, où nous avons mal… Afin de permettre à la vraie rencontre d’exister. Une histoire d’amour et de couple épanouie, serait alors celle de la mise en danger la plus grande pour l’être humain : se montrer dans toutes ses facettes et se laisser approcher. Offrir la vision de sa vérité profonde et toute nue, sans artifices et sourires retouchés. C’est terrible pour l’ego, notre personnalité publique, qui nous a toujours protégé et permis de ne plus revivre les traumatismes de l’enfance. Mais ce système de fight or flight qui surpasse les plus grands stratagèmes ne peut plus exister dans la rencontre réelle avec l’autre.

De la même manière, si nous désirons profondément retrouver la mémoire de nos rêves et si nous en percevons clairement les bénéfices pour notre vie de tous les jours, les rêves s’offriront à nous dans leurs plus grandes richesses de prise de conscience, guidance, miroir de soi. Ainsi en est-il du partenaire amoureux : si on désire sincèrement le connaitre pour tout ce qu’il est, beau ou laid, et que nous sommes prêt.e.s à rester à ses côtés, même et surtout à travers les tempêtes… Il s’ouvrira pleinement pour nous permettre de vivre une des plus belles expériences spirituelles du monde : la rencontre amoureuse. Mais cette rencontre a besoin d’un élément premier et fondamental : que l’être se connaisse, se reconnaisse, et prenne la pleine responsabilité de qui il est. Trouver refuge dans de nouveaux bras aimants d’un.e partenaire, depuis que nous avons perdu la foi en la toute-puissance de ceux de nos parents, ce n’est pas prendre le risque d’aimer vraiment.

Si nous voulons un monde différent, voyons déjà comment nous nous comportons au sein de nos relations les plus intimes…

Sommes-nous à l’écoute de nos besoins, de nos limites, de nos rêves, de nos aspirations profondes ?

Sommes-nous disponibles à entendre et à accepter

ceux de celui, celle ou ceux qui nous accompagnent ?

Sommes-nous en lien avec la magie créatrice à l’intérieure de nous

et conscient de celle de l’autre, en lien avec la bonté profonde qui permet d’accueillir l’autre et de l’écouter comme si c’était nous-mêmes ?

Sommes-nous capables de nous remettre en question, de nous montrer en toute humilité et simplicité, de nous offrir un dialogue véritable, de respecter notre rythme et celui de l’autre, d’accepter de ralentir ou de briller à l’écoute de nos cycles ?

Sommes-nous prêt.e.s à créer un lien solide avec notre guidance intérieure, nos rêves de jour et de nuit, afin que chaque pas dans le monde contemporain et actif que nous avons choisi, trouve son impulsion du cœur et non d’une tête bien-pensante ?

Sommes-nous prêt.e.s à être des hommes et des femmes sorcières  ayant intégré notre ombre et connaissant notre lumière ?

Je me tiens prêt.e.s, dans mes limitations, mes doutes, mes erreurs et mes souffrances ; mon amour, ma lumière et ma foi illimitée à accueillir autour de moi, et à rejoindre le cercle d’une communauté d’hommes et de femmes sorcières en devenir. Nous sommes toujours apprenti.e.s de la vie, même les plus sages d’entre nous continuent de douter. La plus grande sagesse est de l’admettre et de revoir les vieilles croyances et blessures qui nous font trébucher. Hommes et femmes sorcières, sommes-nous prêt.e.s à affronter nos peurs pour les transformer et incarner l’Amour que nous n’avons jamais cessé d’être ? Sommes-nous prêt.e.s à ouvrir les bras à ce qui pourrait être notre plus grande histoire d’amour : celle que nous vivrons avec le monde, une fois que, tel Narcisse, nous aurons plonger entièrement à la rencontre avec nous-mêmes ?

Je nous souhaite à tous des rêves si grands et si réels, qu’ils nous permettent de nous réveiller à l’Amour et de ré-enchanter, pas après pas, ce monde qui a soif de Féminin, d’harmonie et de puissance véritable !

Trop fermée, trop ouverte, sur vos gardes, inspectrice, testant sa valeur, son intelligence, son répondant ? Alerte, aux aguets, observatrice, dans la comparaison ? Condamnatrice, moqueuse, secrète, possessive, prête à sauter sur le moindre faux pas de sa part, la moindre erreur, la moindre maladresse ? Depuis des siècles, les femmes se reniflent entre elles. Souvent avec classe et un détachement affecté. Mais l’autre femme sent ce qu’il se passe en-dessous, car un des dons de nature de la femme, est qu’on ne la dupe pas facilement. Elle a trop souffert au travers de siècles de maltraitance que pour faire à nouveau confiance naïvement et ne plus assurer ses arrières. Qu’est-ce qui nous effraie tant chez la femme qui nous empêche de lui ouvrir naturellement notre cœur ?

Pour le comprendre, remontons dans les générations qui nous ont précédées. Encore plus loin. Et encore plus. Plus loin que les frontières de l’imaginaire. Car le Patriarcat s’est grassement installé dans nos sociétés depuis des millénaires. Mais il fut un temps où tout était différent, nous révèle-t-on au travers de fouilles historiques et archéologiques. Mais au fond de nous, chaque femme le sait : quelque chose, bien plus loin qu’ici, nous unit les unes aux autres. Un lien par-delà les identités, quelque chose qui nous émeut malgré nous et nous attire irrésistiblement les unes vers les autres. Cette ancienne mémoire, douce et tendre, comme une chanson lointaine de notre enfance, du temps où la Déesse était au cœur de la société et où ses filles, les femmes étaient honorées et respectées comme telles. Ce souvenir résonne en chacune d’entre nous comme une mélodie qui nous aurait bercée in utero et au-delà de cela. La Grande Déesse est quelque part au milieu de deux femmes qui se regardent dans le fond des yeux et se touchent. Elles se souviennent alors qu’au départ, cette Déesse était reine car elle était reconnue comme Celle à l’origine de toute vie.”

Extrait du livre « La voie de la Magicienne », Amala Klep Kremmel, Éditions Le Souffle d’Or, 2020.

A propos de l’initiatrice : Amala

 Spécialiste du rêve et des archétypes, passionnée par l’éveil des femmes, elle transmet à travers formations, cercles, conférences et ouvrages. Elle est la fondatrice de l’Ecole des Mystères, les Eveilleuses du Féminin, qui renouvelle les rites de passage et avoirs ancestraux.  Elle a également co-fondé pendant quelques années un écolieu, le Centre Duo MoonDo (FR), dédié à la transformation individuelle. 

Dans tous ses livres, elle partage autour de mythes et d’archétypes pour véhiculer ses messages par des images de rêves plutôt que par l’intellect pur. Elle a donné de nombreuses formations en présentiel sur les archétypes et les déesses, ainsi que des programmes en ligne.

Les 13 clés réunit toutes ces transmissions autour de la psychologie des profondeurs, le Voice Dialogue, le rêve, l’astrologie, le symbolisme… 

plus de lecture

Rencontrer la Mère Sagesse en soi

Une enseignante du rêve que j’apprécie a récemment partagé cette vision que je partage entièrement et qui résume ma pratique spirituelle au...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.